Pensées critiques

Ce que vous ne lirez pas sur le blog des meilleurs articles du Nouvel Obs

Posts Tagged ‘violence banlieue

Violence, rappel de bavures médiatiques

leave a comment »

 
La violence au quotidien et l’emballement très sélectif des hommes politiques.

L’affaire Rajinder Singh, dit "Babu".

Deux ministres, Thierry Mariani (Transports) et Frédéric Mitterrand (Culture), rendent hommage à ce « héros ordinaire » mort dans le métro parisien.

« Hommage au courageux Babu mort dans le métro » par Frédéric Mitterrand :

 
 
 
L’affaire Marie Leblanc ou l’effroyable agression antisémite du RER (9 juillet 2004).

Jacques Chirac a fait part de son "effroi" après l’agression et Dominique de Villepin condamne cette agression ignoble. TOUT le monde politique s’enflamme.

"Résumé du démarrage de l’affaire"

 
 
 

Publicités

Written by j.michel

08/06/2013 at 21:37

Parfois on compare leurs textes à ceux de Brassens

with one comment

 

« En voyant ces braves pandores
Etre à deux doigts de succomber
Moi, j’bichais car je les adore
Sous la forme de macchabées
De la mansarde où je réside
J’excitais les farouches bras
Des mégères gendarmicides
En criant: "Hip, hip, hip, hourra!" »

Un appel au meurtre n’est-il pas ? Hep, soldats de l’Oniten(*), c’est du Brassens, informez-vous sur qui est Brassens avant de censurer, merci.

Quand j’avais dix ans, mes parents trouvaient que j’étais un peu jeune pour écouter du Brassens. Alors je l’écoutais en cachette, avec l’émotion de la dégustation d’un fruit défendu.

Aujourd’hui voilà ce que les jeunes écoutent avec la même ferveur :

«  Quand j’vois la France les jambes écartées j’l’encule sans huile »

Le nouveau Brassens s’appelle Booba.

Encore mieux que Orelsan.

 
N.B. pour initiés de la nobserverie : sous l’article sur Orelsan apparaît un commentaire d’un pseudonommé Kamile qui fait des promesses : « je te castre pour le reste de ta vie » et qui pisse car : « ca fait des années que je me retenais …  » (sic) et que Parker remercie !!!! et Abou, et Nolats, tous derrière Kamile pour l’encenser.

 
(*) Netino, le sous-traitant délocalisé au Mali et à Madagascar de la "modération" du Nouvel Observateur

 
 
 

Written by j.michel

19/10/2012 at 19:28

Des excités de banlieue

leave a comment »

 
Des sauvageons comme dirait un ancien ministre de l’intérieur (très regretté pour ses résultats à cette fonction, ses successeurs gesticulants ayant démoli par pure idéologie tout ce qu’il avait mis en place).

 

 
 
 

Written by j.michel

15/06/2011 at 11:17

Sarkozy leur avez promis un karcher pour la banlieue (suite2)

leave a comment »

Written by j.michel

06/11/2010 at 14:29

Je donne ma langue au chat

leave a comment »

 
C’est une merveille, c’est ici :
"Réponse à Monsieur Moule (Jean 1)"

 
Il se dit réac, mais des réacs comme ce chat, il faudrait qu’ils se multiplient autant que les musulmans.

Alors, quelle obédience, quelle loge de la franc-nobserverie va soutenir ninilechat ?

 
Le dindon d’aujourd’hui, c’est l’idiot utile.

 
 
 
Article publié et censuré sur le site blogs.nouvelobs.com à l’adresse : http://onvousditpastout.blogs.nouvelobs.com/archive/2010/10/06/je-donne-ma-langue-au-chat.html

Résistant ou terroriste ?

leave a comment »

 
Classiquement pour l’occupant le résistant est un terroriste.

C’est donc un simple point de vue opposé : le fellaga est un terroriste pour le métropolitain et un héros pour l’algérien.

La résistance peut également être une couverture du banditisme comme on l’a vu dernièrement à Tremblay-en-France ou à Grenoble, les forces de l’ordre étant alors considérée comme forces d’occupation. C’est pas une blague :

« Ces quartiers submergés par une occupation devenue militaire ont, un temps, submergé les forces d’occupation.  »

extrait d’une tribune d’un collectif de soutien publiée par Libération :
"Pour les cinq de Villiers-le-Bel"

Une sorte d’approbation des pressions des bandits envers la population, sinon un appel au tir aux pigeons avec policiers comme cibles.
Tribune (ou appel ?) reproduite et applaudie par Anna, sur le site du Nouvel Observateur.

 
 
Et puis s’en prendre aux forces de l’ordre, ça a toujours été mal vu, même pendant l’occupation allemande :

« Appartenant au mouvement MOI (Main-d’OEuvre immigrée), dont Missak Manouchian fut l’un des membres les plus connus, il s’est vu refuser la Légion d’honneur parce que la MOI avait tué des policiers français. Des policiers qui avaient participé à la déportation d’enfants juifs au Vél’ d’Hiv’ et à Drancy »

extrait d’un article du Nouvel Obs du 22 juillet 2010

 
 
Mais dans le monde contemporain plus violent qu’il ne l’a jamais été selon certains, et pas seulement du fait de la colère des Dieux — tremblements de terre, inondations, explosions de volcans …, autant de messages divins avant l’Apocalypse ou la venue du Messie — peut-on encore résister sans violence ?

Pas sûr :
"Israël harcèle les manifestants non-violents"

« On savait qu’Israël ne déteste rien tant que la résistance non-violente qui non seulement combat efficacement l’occupation et la colonisation, mais ne peut être présentée de manière crédible comme « terroriste » par sa propagande. »

Bon, c’est vrai que l’auteur de ce communiqué n’est peut-être pas très objectif, mais comme on dit, y-a pas de fumée sans feu.

 
Tout ça pour en venir à un article de Mirage, co-auteur de "L’avis sauve, à condition d’éclairer", blog du Nouvel Observateur.
En commentaire de son article :
"QUELLES SONT DONC, NOM D’UN CHIEN, LES CAUSES DES CAUSES DES CAUSES DE LA VIOLENCE?"
il nous explique :

« tu confonds violence et résistance. J’ai pourtant essayé (…) de montrer que répondre à la violence peut se faire de deux façons:
(…)
On peut tuer pour résister. Mais pas n’importe comment, pas n’importe qui, l’acte par lequel on tue est un acte de refus de voir la barbarie avoir le dernier non-mot sur l’univers humain toujours précaire et fragile. Les islamikares, les terroristes ne résistent pas à la violence, tout au contraire, ils l’allument partout où elle n’a nulle occasion de naître: le premier venu, n’importe où, sans autre plan que celui de la matière explosive et du détonateur. Il n’y a plus d’homme autour, au dessus , en dessous de la ceinture. Ca, de la résistance? De la violence, tout bêtement, comme toujours. »

 
Appliquons cela au cas Salah Hamouri. Donc selon Mirage on peut tuer pour résister si ce n’est pas fait n’importe comment — « un acte de refus de voir la barbarie avoir le dernier non-mot » — et si la cible n’est pas n’importe qui. En gros ce que les israéliens appellent un assassinat ciblé.

Mais la tentative d’assassinat pour laquelle Salah Hamouri a été condamné ne remplit-elle pas ces conditions ? Parce que quand même, le rabbin Ovadia Yossef, c’est pas n’importe qui. Donc acte de résistance ou de terrorisme ? On en revient encore à l’exemple du fellaga, terroriste pour les uns, héros pour les autres.