Pensées critiques

Ce que vous ne lirez pas sur le blog des meilleurs articles du Nouvel Obs

Posts Tagged ‘racisme anti-blancs

Guerre de races ou guerre de religions ?

with one comment

 
Il est certain qu’à l’époque des croisades, les chrétiens étaient blancs et les musulmans étaient arabes. Donc on pouvait dire que les guerres de religions étaient des guerres de races.

Mais aujourd’hui ? La plus grande communauté de chrétiens sont les indiens d’Amérique du Sud et la plus grande communauté de musulmans sont les indonésiens. Et pourtant l’islamophobie est toujours considérée comme du racisme.

Les éléments de langage sont importants : dans le politiquement correct, combattre les valeurs musulmanes c’est être raciste anti-arabes, mais combattre les valeurs chrétiennes ce n’est pas être raciste anti-blancs mais défenseur des opprimés par l’occident. Lorsque nos aïeux avaient combattu pour que les curés soient cantonnés dans les églises, c’était un combat laïque, mais aujourd’hui si on combat pour que les imams soient cantonnés dans les mosquées c’est un combat racisme.

Illustration dans le Nouvel Observateur du 20 septembre 2012, page 64, un article de Philippe Boulet-Gercourt : "Les fanatiques de l’anti-islamisme". Le correspondant du Nouvel Obs à New York nous explique que les promoteurs du film "l’innocence des musulmans" sont des coptes. Ils appartiennent donc à une communauté qui subit discriminations sinon persécutions en Dar al-Islam. Le journaliste nous explique également que lesdits coptes sont de fervents partisans de Zakaria Botros Henein, un égyptien copte et prosélyte du christianisme en terre musulmane.

Nous sommes donc dans le domaine de la guerre de religions.

Alors pourquoi ce journaliste parle-t-il concernant ce film d’« acte raciste » ? Racisme anti-coptes contre racisme anti-musulmans ? C’est oublier qu’en Egypte coptes et musulmans sont tous arabes. Alors pourquoi parler d’« acte raciste » ?

 
 
 

Publicités

Etre contre les blancs, tout contre

leave a comment »

 
Les noirs aiment bien épouser des blanches, voyez le père de Yannick Noah ou celui de Barak Obama.

Sérieux, dire que tout ce que dit Marine Le Pen est à jeter est lui servir de nouveaux électeurs, exemple le "racisme anti-blancs".

Selon le FN, en reconnaissant l’existence d’un racisme anti-blancs, Jean-François Copé « découvre l’eau chaude ».

Laurent Joffrin nous explique que c’est un « concept hérité du FN ».

« c’est que le Front national utilise depuis toujours le thème du "racisme anti-blancs" pour établir une symétrie artificielle. (…)
Il faut dire hautement que cette équivalence supposée, que Copé avalise implicitement, n’en est pas une. »

« que Copé avalise implicitement » : utiliser cette expression serait donc avaliser implicitement la conception et l’utilisation qu’en fait le Front National. Elle devient donc tabou, le FN ayant breveté cette formule, c’est devenu une AOP.

Il est exact, comme le mentionne Laurent Joffrin dans son argumentation, qu’il n’y a pas de discrimination envers les blancs en France. Mais dire qu’un racisme anti-blancs existe ne signifie pas qu’il y a discrimination envers les blancs, comme dire qu’un antisémitisme existe en France ne signifie pas qu’il y a discrimination envers les juifs.

Il n’y a pas longtemps parler des excès des salafistes n’était pas politiquement correct car cela revenait à stigmatiser les musulmans. Aujourd’hui il en est donc de même des excès de certains immigrés, car c’est stigmatiser les immigrés. Et le Front National engrange dans le silence des idiots utiles.

A lire le billet de Victor : "Racisme anti-blancs ? Chut ! Pas de gros mots…"

et un billet précédent : "Le racisme à toutes les sauces"

 
 
 

Le racisme à toutes les sauces

leave a comment »

Pour certains, les races n’existent pas, comment alors définir le racisme ?

Amago par exemple soutient cette thèse, voir l’article :
"Zemmour : « Je choque les professionnels du choquage » "

Si les dahus n’existent pas, comment peut-il y avoir des chasseurs de dahus ? Si les races n’existent pas, comment peut-il y avoir des racistes ?

Donc si je suis chef d’entreprise et refuse par exemple l’embauche de toute personne aux yeux bleus, je ne peux pas être poursuivi pour discrimination puisque la race des yeux bleus n’existe pas, les yeux bleus, ce n’est pas un caractère héréditaire transmis par un gène. Pas de gène des yeux bleus, donc pas de race aux yeux bleus et pas de racisme anti-bleus, ça n’existe pas. Pas de gène de la peau noire, donc pas de race à la peau noire et pas de racisme anti-noirs, ça n’existe pas.

On voit là toute l’absurdité de croire que les races n’existent pas. Or bizarrement les mêmes personnes qui affirment que les races n’existent pas, traitent de raciste toute personne qui ne fait que constater l’existence des races. Logique. Et par ailleurs critiquent toute discrimination liée à la race. Alors là je ne comprends plus la logique, s’il n’y a pas de race, comment peut-on discriminer en fonction de la race ? Ca reste un mystère, comme la couleur de la peau de Dieu qui a créé l’homme à son image.

 
 

Donc le racisme n’existe pas.

Et pourtant, ça fait couler beaucoup d’encre,
tant sur ce blog, retour sur les nombreux articles qui lui sont consacrés en cliquant ici,
que sur les autres blogs du Nouvel Obs, en cliquant ici.

 
 

Poursuivons avec le commentaire que Nolats m’a adressé sous l’article précédent repris ci-dessous :

« A propos, J Michel, pensez vous qu’en France, seuls les blancs peuvent être racistes? Je n’avais pas imaginé un tel instant qu’une telle thèse puisse être énoncée, alors votre avis m’intéresse. »

question qu’il a ensuite retiré pensant avoir la réponse sur le blog polémiste d’à côté :

"Le « racisme » des Noirs, ça n’existe pas"

"Le « racisme » des Noirs, suite"

Je la reprends quand même ici car il s’agit une nouvelle fois d’un problème de définition de ce qu’est le racisme.

La thèse que Nolats mentionne est détaillées sous un article d’Anna consultable à l’adresse :
" « Dégage sale arabe » "

L’incompréhension des intervenants entre eux provient me semble-t-il du fait que le concept de racisme n’a pas la même signification pour tous les intervenants. Si Ph. Arnaud avait défini, ou si on lui demande de définir, le racisme, toute sa pensée s’éclairerait et son raisonnement apparaîtrait alors logique.

Comme je le vois, il se positionne dans un schéma lutte des classes, avec exploiteurs et exploités, oppresseurs et opprimés, et une transmission héréditaire de l’appartenance à sa classe (par la culture et l’argent pour les classes "classiques", par les gènes pour la race).
Pour lui le racisme n’est pas le fait de considérer les races supérieures ou différentes entre elles, mais le fait qu’une race opprime une autre race.
Le racisme c’est exercer un pouvoir sur l’autre race ; sans ce pouvoir, il n’y a pas de racisme. D’où sa position : il n’y a pas de racisme anti-blancs.

Pour simplifier, quand un noir dit "sale blanc", c’est la même chose que "sale patron". Il n’a pas le pouvoir de faire payer le blanc ou le patron le fait d’appartenir à une autre race. Son pouvoir se limite à une certaine nuisance qui constitue de la délinquance ordinaire.

 
 
 

Donc toujours définir ce qu’on entend par racisme avant d’en discourir.

Regardez par exemple comment on peut dire qu’interdire la construction de minarets, c’est du racisme. Ca veut dire quoi : que pour être musulman pratiquant il faut d’abord appartenir à une race particulière ou que le fait d’être musulman pratiquant vous fait appartenir automatiquement à une race, la race des musulmans ? A la recherche du gène musulman, le premier qui trouve aura droit à une subvention du Téléthon pour lui trouver un remède.

Parce qu’on peut condamner le racisme, mais être contre la prolifération de religions exotiques, comme de cultures exotiques.

On se livre actuellement à un vrai panachage entre génétique (l’odeur de peau) et culturel (l’odeur de cuisine, même sans le bruit qui va avec). Peut-on interdire l’extériorisation, dans l’espace public, d’une culture ou d’une religion étrangère ?

Certains parlent de terre musulmane, alors que j’aurai préféré l’expression de terre africaine ou de pays musulman :

« des enclaves occidentales (Ceuta et Melila par exemple) qui sont enkystées en terre musulmane »
extrait de commentaire de Ph. Arnaud

Alors pourquoi refuser que la terre chrétienne défende sa culture judéo-chrétienne comme l’Egypte ou l’Arabie Saoudite imposent leur culture islamique ?

Sinon, pourquoi interdire aux restaurants de présenter des plats de chiens comme dans certains pays asiatiques ? N’est-ce pas du racisme anti-jaunes ?

 
 
 

Article publié et censuré sur le site du Nouvel Obs à l’adresse :
http://revuedepresse.blogs.nouvelobs.com/archive/2009/11/30/le-racisme-a-toutes-les-sauces.html

4 commentaires sous l’article original

  1. En effet, c’est un problème de définition, J.Michel, non pas par malentendu mais par orientation idéologique.

    Par ailleurs, le terme de « race » n’est pas biologiquement pertinent (la couleur de peau, ni celle de yeux, ni la taille, ne conduisent à déterminer une race). Mais il reste utilisé faute de terme plus approprié (peut-être devrait on parler d’origine ethnique?), la constitution elle même l’emploie.

    Si j’ai un patron noir qui m’opprime, et que je l’insulte, cette insulte ne sera pas raciste dans la mesure où je suis opprimé? Ah, non, dira maître Arnaud, ça ne marche que pour les blancs. Ah ça, maître Arnaud serait-il le seul raciste de la blogosphère?

    Nolats

    30/11/2009

  2. Mais Nolats, un patron noir, c’est soit un traitre à sa classe, soit un infiltré.

    j.michel

    30/11/2009

  3. J’ai parcouru rapidement ce qui s’est dit chez Anna depuis vendredi.

    2 observations :

    1) selon ce qu’en dit Annick, mon explication du discours de Ph. Arnaud rejoindrait les théories d’Albert Memmi que je ne connaissais pas.

    2) Anna dit notamment :
    « Le Blanc domine sur toute la terre »
    ou
    « L’homme blanc est le modèle pour le monde entier parce que nous en avons décidé ainsi. »
    Mais si l’homme blanc a pu imposer son modèle, n’est-ce pas la preuve qu’il est le plus fort, qu’il est supérieur ?
    Et qu’une race (en notant que par ailleurs Anna nie l’existence des races, donc il faudrait qu’elle précise ce qu’elle entend par homme blanc), les blancs en l’occurrence, cherche à préserver sa domination, n’est-ce pas une loi de la nature que tout observateur des animaux pourrait confirmer ?
    A moins de considérer qu’un homme n’est pas un animal.

    j.michel

    01/12/2009

  4. Le racisme n’existe pas
    Pour couper court à cette histoire farfelue du racisme, je souhaite insister sur une réalité.
    On aime les français qui dessinent des vêtements de mode mais pas les français qui pleurnichent sur leur sort.
    On aime les arabes qui gagnent au foot mais pas les arabes qui dérangent les filles à la sortie de l’école.
    On aime les juifs qui réfléchissent au monde du nomadisme mais pas le juif qui tue les palestiniens.

    Peu importe son origine, sa couleur, son odeur, son âme ou tout ce que vous voulez.
    Si vous êtes un perdant, on vous aime pas, et si vous êtes un gagnant on vous aime.

    On aime Obama, le gagnant (yes we can)

    Celui qui se dit victime de racisme est un gros menteur qui peux pas voir le fait qu’il est un perdant.

    Inversement il y a ceux qu’on hait parce qu’ils sont plus intelligents et que celui d’en face qui se croyait la crème de la crème ne lui arrive pas à la cheville.
    Autre exemple ; Tariq Ramadan.qui coupe la chique au pseudo intellectuel français.

    Bref , c’est soit la jalousie du gagnant, soit la haine du perdant mais jamais une histoire théorique sur le concept de race qui n’a existé que pour manipuler des foules et qui manipule encore les crétins d’aujourd’hui

    Georges

    07/02/2010

Written by j.michel

30/11/2009 at 18:30