Pensées critiques

Ce que vous ne lirez pas sur le blog des meilleurs articles du Nouvel Obs

Flottille pour Gaza, visite et conversation sur le blog de "l’avis sauve"

leave a comment »

 
Commentaires sélectionnés sous l’article
"LA GUERRE DE L’EXTRÊME GAUCHE CONTRE ISRAËL"
 
 

Extrait de l’article d’Allegra :

« On peut dire que cette extrême gauche est à la tête d’une cinquième guerre, une guerre médiatique dont l’effet est dévastateur: celle que livrent une partie des médias, Internet et ses milliers de réseaux palestinophiles avec l’aide de groupuscules israéliens antisionistes et leurs relais en Europe. »

 
 

Allegra a dit :

Dans le journal Haaretz d’aujourd’hui 30 mai, le chapeau d’un article qui traite de la " flottille pour Gaza" dit ceci :
"The Freedom Flotilla is mostly a PR battle meant to strike a blow at Israel, but if Israel was less eager to confront the activists, some of the media attention would have dissipated.
 
La flottille pour la liberté est avant tout une bataille de public relations (PR) avec l’intention de porter un coup à Israël, mais si Israël mettait moins d’ardeur à confronter les activistes, l’attention d’une partie des médias se serait dissipée."
 
C’est bien ce que je disais, c’est la 5ème guerre menée par les militants d’une partie de la gauche contre Israël.
 
On peut lire l’article ici : http://www.haaretz.com/print-edition/news/mess-report-aid-flotilla-won-t-alter-the-humanitarian-situation-in-gaza-1.292672

Ecrit par : allegra | dimanche, 30 mai 2010

 
Mirage a dit :

C’est en effet la 5ème guerre, et son essence médiatique ne fait aucun doute, quand on voit les efforts désespérés de ses agents en communication. (…)

Ecrit par : MIRAGE | dimanche, 30 mai 2010

 
j.michel a dit :

Donc 4 ou 5 guerres pour le prix d’une. Dans toutes les guerres il y a autant de guerres que de motifs ou d’intérêts ou de buts de faire la guerre. Combien de guerres dans la dernière guerre mondiale ? sans doute beaucoup plus de 5, exemple la guerre des patrons industriels allemands n’était pas de vaincre l’Angleterre ou de tuer le plus de juifs, mais simplement de s’enrichir. Mais l’intéressant c’est qu’Allegra reconnaisse qu’Israël est en état de guerre. Et dans une guerre, il n’y a pas de terroristes mais des résistants, en tout cas ça dépend du point de vue mais aujourd’hui il faut reconnaître par exemple qu’en France ceux que les allemands appelaient des terroristes sont considérés comme des résistants.
 
Mais revenons à la guerre médiatique. Et posons nous la question : pourquoi dans cette guerre ce sont les "pro-palestiniens" qui prennent le dessus, sans utilisation d’aucune arme létale ? La flottille une provocation médiatique dans la guerre pour la levée du blocus de Gaza ? Ca paraît une évidence. Mais de quelle autre arme disposent les combattant de cette guerre pour la levée du blocus de Gaza ? Comment peuvent-ils combattre le plus "pacifiquement" possible ?

Ecrit par j.michel | mardi, 01 juin 2010

 
j.michel a dit :

Sans doute comme dit Parker quelque chose a merdé. A qui profite la merdouille ? cyniquement aux "pro-palestiniens". Peut-on en déduire que ces derniers ont provoqué la merdouille ? (à qui profite le crime ?) Ce n’est pas impossible.
 
Mais quand même, c’est un exemple de la brutalité à mon avis disproportionnée de l’armée israélienne face à cette provocation. C’est quand même l’armée israélienne qui a la force (parler de légitime défense face à des couteaux de cuisine est quand même assez ridicule pour des soldats en gilet pare-balles et rompus au close-combat). L’armée israélienne avait-elle mis tout en œuvre pour une intervention (quand même illégale, faudrait pas l’oublier) "en douceur" ? J’en doute.?

Ecrit par j.michel | mardi, 01 juin 2010

 
Allegra a dit :

@j.michel
 
Je dois m’en aller bientôt. Ne puis vous répondre en détail. Mais êtes-vous bien sûr de la pertinence de votre comparaison entre les résistants français sous occupation allemande et les résistants palestiniens qui s’explosent parmi les civils ? Elle a fait long feu cette comparaison.

Ecrit par : allegra | mardi, 01 juin 2010

 
j.michel a dit :

Allegra, ma comparaison entre terroriste ou résistant français ou palestinien est très superficielle, je le reconnais. Ce que je voulais dire c’est simplement qu’à tort ou à raison le même acte peut être considéré comme terroriste pour certains et résistant pour d’autres, et que dans la guerre médiatique c’est essentiel. Quand un résistant français tuait un officier allemand, il savait que son acte n’aurait aucune conséquence guerrière à proprement parler mais entraînerait quasi automatiquement l’assassinat de civils otages par les occupants. La balance avantages-inconvénients reposait sur le gain médiatique éventuel. Et dans une guerre médiatique, il y a des morts collatéraux, "innocents" comme aurait dit Raymond Barre.
 
Mais cela n’était pas l’essentiel de mon intervention que je résumerais ainsi (je crois d’ailleurs l’avoir déjà exprimé sur votre blog) : si on considère qu’Israël est en guerre, c’est qu’il y a des belligérants qu’il faut bien appelé combattants. Et dans cette guerre, ou on choisit son camp, ou on essaie d’œuvrer pour la paix. Et si on a choisi un camp, on se demande quelles sont les meilleures méthodes pour gagner. Et mon avis est que le pouvoir israélien n’a pas choisi la meilleure méthode pour gagner à long terme.

Ecrit par j.michel | mardi, 01 juin 2010

 
Mirage a dit :

@J.Michel
 
(…)
Gaza est sous blocus. Israël a suffisamment de raisons, touchant à sa sécurité, pour prendre à l’égard de ce territoire qui ne dissimule pas, via le Hamas, son intention de lui nuire tous azimuts, les mesures qu’il juge appropriées. C’est son droit de pays cerné par des négateurs de son existence.
(…)
Elle venait, cette mission humanitaire, ouvrir une brèche dans le blocus israélien, de manière à permettre un réapprovisionnement en armes du Hamas, aujourd’hui impossible, même l’Egypte s’y opposant.
Ou bien Israël laissait faire, mais ça, on n’y comptait pas trop.
Ou bien il ne laissait pas faire. Et ça, on y comptait bien.
Toute la félonie, toute la traîtrise de cette expédition tenait à son double statut: une peau de mouton pacifique et bon, sous laquelle des intentions et des armes et surtout des " surprises " moins claires: israël ne savait pas qui il accueillait, parce qu’il accueillait tout le monde: des gens soi-disant bourrés d’humanité, mais aussi, et avec eux, des gens du genre à monter dans les autobus avec des ceintures antijuives.
(…)

Ecrit par : mirage | mardi, 01 juin 2010

 
Bibi a dit :

Il me semble que certaines réalités échappent à j.michel.
 
Il faudrait peut-être lui rappeler que Gaza est gouverné par un mouvement qui s’est emparé du pouvoir de manière illégale et sanguinaire; que ce mouvement et sa légitimité est contesté par des "palestiniens" d’abord, par la plupart des pays arabes, et par plusieurs autres pays onusiens.
Ce mouvement, Hamas, présente beaucoup de similitudes avec le régime nazi. C’est lui qui est le responsable direct de la situation des résidents de Gaza, qu’il n’hésite pas à terroriser, et des conséquences que ses velléités destructrices à l’égard des pays voisins ont entrainé.
 
Pour ce qui est du blocus, il n’est pas différent de celui mis en place par les américains au Cuba ou les britanniques aux Falklands. Quiconque veut le lever soutient un régime qui martyrise ceux qu’il gouverne, qui n’hésite pas à sacrifier ses gouvernés pour s’assurer le contrôle absolu non seulement du territoire duquel il s’est emparé mais aussi de ceux qui l’entourent, pour les soumettre à son style de vie.
 
La "Flottille" qui est partie, rappelons-le, du territoire chypriote occupé illégalement par la Turquie, en direction de Gaza n’avait nullement des objectifs paisibles ou des soucis de droits de l’homme. Ses organisateurs l’ont prouvé (a) par leur refus de l’offre israélienne d’acheminer leur cargaison de matériaux d’aide humanitaire depuis le port d’Ashdod vers Gaza et (b) par leur refus de se soucier des droits du seul juif présent à Gaza, détenu en violation de tout traité ou convention Intl. auquel le Hamas ne souscrit point, et pour cause.
En conséquence, le seul but de cette "Flottille" s’avère être le soutien au Hamas qu’il faut "débloquer". Car avant la prise de pouvoir de ce dernier, Gaza n’était pas soumise à ces conditions.
Qui veut renforcer un tel mouvement? Au nom de quelles valeurs? Aux dépens de quelles populations?

Ecrit par : Bibi | mardi, 01 juin 2010

 
j.michel a dit :

Mirage, que vous ne partagiez pas mon avis sur l’inadéquation de la brutalité de l’armée israélienne par rapport à la provocation, cela ne me surprend pas. Mais placez-vous au niveau de la cinquième guerre dont parle Allegra, la guerre médiatique, et dites nous si vous pensez que le pouvoir israélien a gagné des points dans cette guerre. Et s’il en a perdu ce qui me semble incontestable, et donc si le résultat de l’opération est mauvais, cela ne remet-il pas en cause la conduite de cette opération ? Hors toute considération de légitimité ou de moralité justice ou autre machin d’humanistes ou d’idiots utiles.

Ecrit par j.michel | mardi, 01 juin 2010

 
j.michel a dit :

Bibi et les réalités qui m’échappent. Ou plutôt la réalité du Hamas qui justifie toutes les actions, quelles qu’elles soient, de l’armée israélienne. Tant que le Hamas est là l’armée israélienne est obligée d’agir ainsi ; ces actions de l’armée israélienne renforce l’image du Hamas chez les palestiniens et dans les populations arabes (et au-delà musulmanes) ; le Hamas devient de plus en plus légitime aux yeux de ces populations comme seul résistant aux actions considérées comme pas gentilles par ces même populations ; donc le Hamas va continuer ces actions sinon il est mort ; et plus l’armée israélienne réprime, plus il y a des militants du Hamas.
Expliquez-nous comment vous voyez la fin de cette spirale ?
 
Vous posez les questions :
Qui veut renforcer un tel mouvement? Au nom de quelles valeurs? Aux dépens de quelles populations?
J’ai bien peur que les réponses soient le gouvernement israélien pour la première question, la démocratie pour la seconde et les populations palestiniennes et israéliennes pour la 3ème.

Ecrit par j.michel | mardi, 01 juin 2010

 
Lamarque a dit :

Jean Michel,
"dites nous si vous pensez que le pouvoir israélien a gagné des points dans cette guerre. Et s’il en a perdu ce qui me semble incontestable, et donc si le résultat de l’opération est mauvais, cela ne remet-il pas en cause la conduite de cette opération ? Hors toute considération de légitimité ou de moralité justice ou autre machin d’humanistes ou d’idiots utiles".
 
Ce conflit ne se compte pas vraiment aux points.
 
D’un côté il y a la survie du Hamas.
De l’autre côté il y a la survie d’Israël.
Je ne sais pas si vous saisissez la différence.
Si Israël gagnait la guerre contre le Hamas cela voudrait dire que les israéliens et les gazaouis ont enfin gagné la paix, que le Hamas a perdu la guerre et va disparaître en tant que construction terroriste.
Si le Hamas gagnait la guerre cela voudrait dire qu’un jour Israël sera rayé de la carte et les israéliens aussi.
Pour Israël un point de plus ou de moins est sans importance. Seule compte la certitude de son lendemain et la sécurité de ses habitants. Pour cela il ne peut rien lâcher, il ne doit rien lâcher. S’imaginer le contraire ne peut que faire durer inutilement ce conflit en donnant au Hamas l’impression qu’il a marqué des points.
 
Jean-Michel, pensez aux gazaouis et désapprouvez le Hamas. Si le Hamas perdait des points, lui, il perdrait de sa crédibilité internationale et les gazaouis pourraient enfin espérer voir leurs dirigeants négocier la paix.
 
Peut-il y avoir plus beau cadeau au Monde.

Ecrit par : Lamarque | mardi, 01 juin 2010

 
j.michel a dit :

Lamarque, je suis à peu près d’accord avec vous. Vous me demandez de penser aux gazaouis et de désapprouver le Hamas, j’ai aucun problème pour ça. Vous auriez pu le constater avec de nombreux articles de mon blog si celui-ci n’avait pas été censuré notamment pour injure envers l’Islam. Donc vous aurez du mal à me chercher des poux à ce sujet.
 
« Si le Hamas gagnait la guerre cela voudrait dire qu’un jour Israël sera rayé de la carte et les israéliens aussi. » je suis d’accord. Mais le problème c’est justement qu’il suffit d’une seule guerre perdue, voire même d’une seule bataille perdue par Israël pour qu’il disparaisse. Et plus longtemps ce conflit durera, plus le risque qu’Israël perde un jour une guerre augmente. Les points gagnés par le Hamas, c’est le recrutement de nouveaux militants et/ou combattants. Et plus il aura des points, plus le risque du KO augmente.
 
Donc notre divergence est là : vous pensez que l’opération israélienne réduit le risque futur qu’Israël perde une guerre qui sera alors la dernière, et moi je pense qu’elle l’augmente.
 
Je vous propose brute la question que se pose une israélienne, ancienne officier de l’armée : mais comment ont-ils pu faire une telle erreur ? Vous me direz qu’ayant suivi les informations sur la télé française puisqu’actuellement en France elle a une vue déformée de la situation, mais il semble que ce soit aussi le sentiment de ses enfants qui le vivent sur place. Et croyez moi, ce n’est pas une militante de La Paix Maintenant.

Ecrit par j.michel | mardi, 01 juin 2010

 
j.michel a dit :

Momo,
 
« il est bien évident que le but de la « flottille » était non pas humanitaire mais politique au sens le plus partisan du terme. » : ben oui et alors ?
 
Et l’OG qui dit s’appeler Tsahal, son but était-il humanitaire, politique au sens partisan du terme ou carrément guerrier ? A-t-on trouvé sur les membres et/ou militants de cette OG quelques armes du genre cimeterre ou autre ? Ou étaient-ils en maillot de bain comme moi je l’aurais été si j’étais sur un bateau en plein milieu de la Méditerranée ?

Ecrit par j.michel | mercredi, 02 juin 2010

 
momo a dit :

J-Michel,
Eh bien, moi je me méfie toujours un peu des militants politiques partisans qu’ils soient pro palestiniens ou pro israéliens puisque que ce n’est évidemment pas la raison qui commande leur engagement. C’est clair ?
Je ne suis pas plus un thuriféraire de Tsahal que du Hamas.
Encore une fois, pourquoi seule cette partie du monde intéresse t-elle nos militants humanistes ? Pourquoi les crimes , les emprisonnements arbitraires qui ont lieu ailleurs ne les font pas bouillir d’indignation de la même façon ?

Ecrit par : momo | mercredi, 02 juin 2010

 
j.michel a dit :

Sur « le blog de ceux qui réfléchissent chacun de son côté plutôt que de hurler ensemble » comme dit Mirage,
Réflexion de Bibi : « Peut-être aussi s’abstiendra-t-on de transférer les médicaments périmés. »
Ma réflexion : ces médicaments, de préférence non périmés, sont-ils disponibles pour les gazaouis ? S’ils ne le sont pas, pourquoi puisque paraît-il Israël laisse passer toute l’aide humanitaire nécessaire ? En résumé qui désinforme ?

Ecrit par j.michel | mercredi, 02 juin 2010

 
j.michel a dit :

Question pour question momo, pourquoi quand vous ne voulez (ou ne pouvez) pas répondre vous détournez toujours la conversation sur les malheurs qui existent ailleurs en faisant croire que tous ceux qui se préoccupent de la situation à Gaza sont forcément indifférents à ces malheurs ?

Ecrit par j.michel | mercredi, 02 juin 2010

 
j.michel a dit :

Bibi, d’accord avec votre b. qui équivaut à mon « En résumé qui désinforme ? »
 
Que dit le conseil de sécurité, avec l’accord des Etats-Unis ?
Le Conseil "souligne que la situation à Gaza n’est pas tenable", ajoute la déclaration.
Il réitère l’importance d’une pleine mise en oeuvre de ses résolutions 1850 et 1860. La 1860, du 8 janvier 2009, demandait que l’aide humanitaire "soit fournie et distribuée sans entrave dans tout Gaza". "Il souligne la nécessité d’un flux soutenu et régulier de biens et de personnes vers Gaza, et de la fourniture et distribution sans entrave d’aide humanitaire dans tout le territoire".
 
l’information est ici :
http://www.google.com/hostednews/afp/article/ALeqM5h1R3VtQUjr39U-cf0nwRnHW5JnyQ
 
informations fiables ou propagande, c’est primordial, mais c’est dur de savoir. Regardez la vidéo de Nina au-dessus qui fait croire (sans le dire explicitement) qu’elle a été tournée avec les conteneurs provenant de la flottille arraisonnée. Or c’est une vieille vidéo. Oscealo est tombé dans le panneau.

Ecrit par j.michel | mercredi, 02 juin 2010

 
j.michel a dit :

Interessant en effet fildariane le dernier paragraphe de cet article :
«
Mais parmi les membres de cette unité d’élite, ce qu’ils avouent être le plus difficile « est la critique incompréhensible dont ils sont l’objet dans les médias israéliens, qui se rajoute à celle de la communauté internationale ».
»
 
Sur quels fondements cette critique des médias israéliens ?

Ecrit par j.michel | mercredi, 02 juin 2010

 
fildariane a dit :


J.Michel,
 
C’est un fait qu’il y a des critiques à porter, non sur le principe de l’interception, mais sur son déroulement qui aurait sûrement pu être différent.
 
Mais quand des militaires, qu’ils soient d’élite ou de simples bidasses, risquent leur vie pour servir leur pays, la moindre des choses qu’ils peuvent ne pas attendre des média, c’est une incompréhension de leur dévouement.
 
C’est plutôt à ces militaires de demander des éclaircissements à leur hiérarchie tant militaire que politique. Eux (les soldats) ont droit à l’hommage de leurs concitoyens, et à rien d’autre. S’il y a linge sale à laver, ce doit être en famille.
 
Et j’ajoute que toutes la condamnation universelle s’est fait attendre quand les turcs bombardaient les kurdes (des dizaines de milliers de mort) ou la répression contre les tigres tamouls au Sri Lanka (des dizaines de milliers de morts aussi), ou au Ruanda. Là il est vrai que le « rendement » était de 10000 morts par jour, rien qu’avec de simples machettes. Je ne vais pas allonger cette liste avec les millions de morts au Soudan, car j’ai cru comprendre que Ban ki Moon s’occupait du problème. Il va, paraît il assister à la cérémonie de la prise de fonction d’Omar el Béchir, le président à sang pour sang de ce pays. Cétypabolavie?

Ecrit par fildariane | mercredi, 02 juin 2010

 
j.michel a dit :

« demander des éclaircissements à leur hiérarchie tant militaire que politique », exactement fildariane, comment ont-ils pu les envoyer ainsi (atterrissage en descente en corde) au milieu d’une foule déchaînée.
 
et je pense que la critique des médias israéliens ne visent pas les soldats eux-mêmes mais leur hiérarchie. C’est pour ça que je posais la question : « Sur quels fondements cette critique des médias israéliens ? »
 
Quand à la technique de dire regardez ce qui se passe ailleurs, elle ne fait pas avancer le smilblick d’un pouce. D’autant plus qu’un mec comme Noam Chomsky que je suppose vous ne devez pas porter dans votre cœur n’a pas de leçon à recevoir pour son engagement pour les kurdes contre les turcs.

Ecrit par j.michel | mercredi, 02 juin 2010

 
Bibi a dit :

@j.michel
 
« Sur quels fondements cette critique des médias israéliens ? »
 
A peu de choses près, les mêmes que ceux des médias "mondiaux".
Les médias israéliens sont archi-hyper critiques, peu les valent pour leur mordant, on dirait atavique. A leurs yeux, non seulement tout est critiquable, mais c’est leur devoir sacré de tout critiquer. C’est leur mission avouée et revendiquée. Et tout ce qui est "institutionnel" fait partie des premières cibles.
 
Fallait-il/fallait pas, justifié/pas, droit Intl., savait-on? Quoi au juste? Qui? Comment la décision fut-elle prise? Par qui? … Tout était passé au crible dès les premières heures à la TV, radio, presse… les divers experts et savants s’enchaînaient… Puis exégèses des déclarations officielles, actualisation (faits nouveaux) et re-exégèses, prévisions des réactions et des effets à court-moyen-long terme…
Pensez à une "polémique Siné" à la puissance N et en concentré temporel (ou en accéléré) .
Il est assez particulier, le monde médiatique israélien.

Ecrit par : Bibi | jeudi, 03 juin 2010

 
j.michel a dit :

Bibi, Israël peut en effet s’enorgueillir d’avoir une liberté d’expression bien rare pour un pays en guerre. Vous dites que les fondements de leurs critiques sont à peu de choses près les mêmes que ceux des médias mondiaux. Je ne le pense pas : car si on peut reprocher aux médias mondiaux de ne pas prendre suffisamment en compte la volonté de destruction d’Israël par certains comme le Hamas (reproche récurrent sur ce blog) il me semble difficile de faire le même reproche aux médias israéliens sauf à penser qu’ils sont noyautés par les arabes israéliens.
 
Je pense au contraire que l’existence et la pérennité d’Israël est le centre de leur réflexion. Et que leurs critiques en sont totalement imprégnées, et que la majorité des journalistes sont passés par l’armée et font leurs périodes militaires. Alors on ne peut pas dire qu’ils sont déconnectés de la réalité de la menace comme on peut le dire de nos intellectuels d’ici ou d’ailleurs.
 
Il est en effet particulier le monde médiatique israélien, si les extrémistes arabes l’emportent, tous leur journalistes seront dans le même bain méditerranéen. Mais Mirage doit les classer parmi les complices des terroristes, pour lui il font de la « basse discutaillerie politique ».

Ecrit par j.michel | jeudi, 03 juin 2010

 
j.michel a dit :

Allegra, je ne fais semblant de rien. Gros titres vs manifestations dans le monde entier, c’est quoi le plus efficace pour faire connaître quelque chose ? Moi je crois que c’est les gros titres. D’ailleurs une manifestation a pour but de faire les gros titres sans lesquels elle n’a pas d’existence médiatique et donc d’existence tout court.
 
Et puis faut pas tout mettre dans le même sac du monde entier : les manifestations en Europe et celles dans les pays arabes et même musulmans non arabes.
 
En Europe, les manifestations on s’en fout, d’ailleurs elles ne font pas les gros titres.
 
Dans les pays arabes et musulmans par contre, on s’en fout pas parce que le pouvoir en joue : c’est un bon moyen de rassembler le peuple.
 
Que dans une manifestation en France soient côte à côte des idiots utiles et des antisionistes, ça fait beaucoup écrire par exemple sur les blogs du Nouvel Obs, mais ça change rien à la situation au Moyen-Orient.
 
Une bonne manifestation au Pakistan par contre, pays en voie de radicalisation si c’est encore possible au point où ils sont déjà arrivés, ça doit pas laisser indifférent les dirigeants du monde. C’est donc à eux qu’il faut expliquer qu’ils feraient mieux de manifester pour l’indépendance de la Tchétchénie. Si vous vous lancez dans une telle opération, je vous souhaite bon courage.

Ecrit par j.michel | jeudi, 03 juin 2010

 
j.michel a dit :

Allegra,
 
Faisant suite à votre phrase :
« La lecture des surgissements de haine sans réserve qu’a engendrés, dans l’opinion … »
 
Le problème n’est pas le surgissement de haine de ceux qui haïssent Israël ou les juifs ou les deux, mais du renversement de la pensée de ceux qui sont à priori favorables à Israël. Or je suis effaré depuis ces événements d’entendre des gens plutôt compréhensifs envers Israël et hypersensibles à sa sécurité qui parlent d’inadmissible et dont l’indignation est bien supérieure à celle qu’ils avaient lorsque le plomb s’était durci. A vrai dire je n’en reviens pas moi-même, et la seule réponse que j’ai trouvé face à ça est de dire, dans 15 jours on n’en parlera plus. Il n’y a plus qu’à espérer pour Israël que cette prédiction se réalisera.
 
Alors savoir si « 7 milliards d’humains ne peuvent pas se tromper » ou peuvent se tromper n’a guerre d’importance, le problème c’est qu’ils sont nombreux et croire que l’isolement de plus en plus accentué d’Israël sert sa sécurité, c’est être bien aveugle.
 
Que l’opération soit justifiée ou pas, cela devient accessoire, la question que les partisans d’Israël doivent se poser est : quelles conséquences, quelles suites ? Combien de points perdus pour reprendre un décompte que conteste Lamarque. Et si parler des malheurs des congolais et des zimbabwéens donnent quelques points contre le Hamas.

Ecrit par j.michel | vendredi, 04 juin 2010

 
Allegra a dit :

J.Michel
 
Je vous rappelle que ma question était : "la question subsiste de savoir pourquoi le monde entier est bien plus soucieux d’apporter son soutien aux Gazaouis…"
 
Elle ne visait pas à COMPARER la situation des Gazaouis à celle des Congolais ou Darfouris, mais à savoir pourquoi le monde entier se préoccupe tellement plus de celle de gens infiniment moins bien lotis que les habitants de Gaza.
Et c’est cette question que vous esquivez avec votre réponse.

Ecrit par : allegra | vendredi, 04 juin 2010

 
j.michel a dit :

Allegra
 
Question soi-disant esquissée (si c’est le cas, bien involontairement, contrairement aux questions que je pose ici) :
« pourquoi le monde entier se préoccupe tellement plus de celle de gens infiniment moins bien lotis que les habitants de Gaza »
 
"Le monde entier" : la réponse est bien différente selon les pays. Pour les pays arabes, ça paraît tout simple, même si l’hypocrisie n’est pas absente, c’est la solidarité entre frères. Pour les pays musulmans non arabes, c’est sans doute plus complexe, même raison + racisme teinté de religion (pour un pakistanais c’est quoi le pire ? un indien ou un israélien ?), il faut bien trouvé un bouc émissaire pour enflammer les foules.
 
Mais votre question je suppose concerne plus particulièrement l’Europe, et encore plus particulièrement la Belgique et la France.
 
Alors réponses faciles :

Pour les même raisons symétriques qui font que ce blog publie des articles sur Israël en plus grand nombre que sur les autres conflits mondiaux.
 
Ou parce que le français (et le belge) garde un fond antisémite (ce n’est pas mon explication). Pourquoi ce fond ne s’était pas extériorisé en 1967 malgré les encouragements de notre président de l’époque ? ni en 1973 ? C’est là qu’intervient la guerre des médias : dans cette guerre, les pro-palestiniens ont été plus forts que les israéliens. Sans doute que ces derniers n’y ont pas mis les moyens financiers suffisants ? Ou peut-être que leur communication a été laissée entre les mains d’incompétents ?
 
 
Plus sérieusement, je n’ai pas esquissé la question, mais ce que je voulais souligner, c’est que quelles que soient les raisons, la réalité était là et il fallait bien s’en accommoder. Donc ma réponse si tant est qu’elle ait une quelconque valeur, pourrait être que les raisons sont multiples :
 
Parce qu’il y a une forte proportion de juifs et d’arabes dans notre pays qui s’identifient aux israéliens et aux palestiniens, alors que des zimbabwéens, y en a pas beaucoup.
 
Parce que historiquement nous sommes sentimentalement concerné par ce qui se passe au Liban et en Jordanie et dans ces pays où le conflit franco-anglais fut larvé mais bien réel.
 
Parce qu’il y a beaucoup d’anciens français en Israël.
 
Parce que les européens se sentent une responsabilité dans la création d’Israël, que pour eux c’est une vitrine de l’occident pluraliste et qu’ils voudraient que cette vitrine soit sans tache.
 
Parce que dans les autres conflits, ce sont des barbares qui s’entretuent et toute intervention de l’occident serait interprétée comme du post-colonialisme. Donc on s’abstient.
 
Et sans doute mille autres raisons, chaque individu pouvant avoir la sienne.
 
Et puisque vous parlez des aides apportées par l’Europe, peut-être aussi le fait qu’Israël démolit les bâtiments construits avec les fonds européens.

Ecrit par j.michel | dimanche, 06 juin 2010

 
 
 
 

Publicités

Written by j.michel

07/06/2010 à 20:45

Publié dans Anti-Sionisme

Tagged with , , ,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :